A bord de ma Jeep

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Si Paris vaut bien une messe, Manille, capitale turbulente des Philippines, mérite un live-tweet pour son épique trafic.

19h : « Faites-plaaace à mon postérieur ! »  Humeur joviale et optimisme (intact) de celui qui vient d’achever sa journée de travail. A l’intérieur des jeepneys, principal moyen de transport hérité de la colonisation américaine, on cale son assise comme on peut. Pas question cependant de protester contre son voisin ventru : ici, l’espace est fait pour être partagé.

19h05 : Cérémonie du « lever de coude ». Du moins, c’est ainsi que je l’ai baptisée. Quasiment en même temps, tous les passagers tendent leur argent au chauffeur. Lui a une main levée pour récupérer son gagne-pain, l’autre posée – en principe – sur le volant (d’où nos zigzags et mes quelques jurons d’effroi). Ne me demandez pas comment le conducteur fait pour se souvenir à qui il doit de la monnaie et combien. Prix moyen du trajet : 8,50 pesos, soit moins de 0,15 centimes d’euros.

19h15 : Moteur pétaradant, chrome rutilant, phares colorés, rideaux claquant au vent, chapelet accroché au rétro intérieur, autocollants de femmes dénudées placardés sur le tableau de bord. Oui, les deux derniers cohabitent parfois. Notre engin entièrement trafiqué a fière allure, malgré les manœuvres kamikazes du chauffeur et le joli nuage de poussière soulevé dans notre sillage.

19h30 : Femme au volant, air pur au tournant. Depuis Makati, le quartier d’affaires du Grand Manille (une ville en soi en fait), nous remontons en direction du coeur historique. En chemin, nous croisons une jeep à l’allure… différente. Même vrombissement, mais pas de suffoquement visible chez ses passagers. Il s’agit d’un véhicule à moteur électrique, testé depuis plusieurs années dans les rues de Makati. Autre innovation : la moitié est conduite par des femmes.

19h45 : Premiers bouchons.

20h : On n’a pas bougé d’un poil. Le chauffeur vient de couper le moteur. Mais le moral reste bon.

20h30 : 500 mètres parcourus en une demi-heure. J’ai vécu des années en zone 5. Ma préparation est BETON.

20h50 : 800 mètres plus loin et la chaleur moite du mois de juin… Forcément, cela rapproche des locaux : ma voisine somnole sur mon épaule, malgré la sono crachotant du Carly Rae Jepsen. Je sue, tu sues, nous suons.

21h15 : Au passage, regard désespéré jeté à un plan de train local. Trois lignes mais aucune correspondance directe. Pour quoi faire ?

21h45 : Terminus, tout le monde descend. Et pour la nième fois de la journée, je suis perdue. Car à moins d’être assis à l’avant juste à côté du chauffeur, difficile d’apercevoir l’extérieur et d’identifier les environs. Heureusement, 20 minutes plus tard, un – nième – gentil chauffeur me dépose au bon endroit.

Bilan : près de 3h pour rentrer et parcourir moins de 15 km au final. De son côté, mon conducteur, au volant depuis 5 heures du matin, poursuivra sa route jusqu’à 23h avant de rentrer chez lui.

Bienvenue à Manille, troisième ville la plus embouteillée au monde.

Publicités

3 réflexions sur “A bord de ma Jeep

  1. Au Philippines, si quelqu’un nous demande « c’est long le voyage », on repond « plus ou moins 2heures ». On ne repond jamais « 4 kilometres ».

    C’est parce qu’un voyage de 4 kilometres pourrait faire 2heures si l’embouteillement n’est pas très bien.

  2. Super! Ton article reflète bien ce que j’ai vécu là bas 😉 Par contre je ne savais pas qu’il y avait des jeepneys à moteur électrique. Tu penses qu »il va y en avoir de plus en plus ? Ca serait bien pour les habitants !

    • Merci pour ton gentil message Pauline, ça me donne du courage ! Pour le moment, on trouve surtout les e-jeepneys le long d’Ayala avenue. Mais il est question d’introduire des jeeps électriques ailleurs, notamment à Tacloban, où le secteur du transport a été, lui aussi, frappé par le supertyphon Haiyan.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s